Knowledge is power

Be in the know when new articles are published

Contrat de sécurisation professionnelle : nouvelles précisions de la Cour de cassation

Conformément à l’article L.1233-6 du Code du travail : « Dans les entreprises non soumises [à l’obligation de proposer un congé de reclassement], l’employeur est tenu de proposer, lors de l’entretien préalable ou à l’issue de la dernière réunion des représentants du personnel, le bénéfice du contrat de sécurisation professionnelle à chaque salarié dont il envisage de prononcer le licenciement pour motif économique. »

Le salarié dispose d’un délai de 21 jours pour adhérer à ce dispositif. « L’adhésion du salarié au contrat de sécurisation professionnelle emporte rupture du contrat de travail » (article L.1233-67 du Code du travail).

En pratique, pour faire courir le préavis si le salarié décide de ne pas adhérer au CSP, l’employeur notifie souvent, à titre conservatoire, une lettre contenant les motifs économiques et valant notification du licenciement en cas de refus du CSP.

Que se passe-t-il si l’employeur ne respecte pas le délai prescrit par le Code du travail concernant la notification du licenciement alors que le salarié a adhéré au CSP ?

C’est la question posée à la Cour de cassation dans un arrêt du 1er juin 2022 (n°20-17.360).

En effet, la salariée requérante se prévalait du non-respect du délai de notification de la lettre de licenciement posé à l’article L.1233-39 du Code du travail pour solliciter une indemnisation au titre de la violation de la procédure de licenciement.

La Cour d’appel de Versailles avait débouté la salariée considérant que celle-ci ne pouvait se prévaloir d’un non-respect des dispositions liées au licenciement économique dès lors qu’elle avait adhérer au CSP.

Cette décision est confirmée par la Cour de cassation qui considère que le contrat de travail a été rompu par l’effet de l’acceptation du CSP et qu’en conséquence la salariée ne peut se prévaloir des dispositions du Code du travail relatives à la procédure de licenciement.

https://www.courdecassation.fr/decision/629702197c2a1fa9d4442267

 

Share this article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Sign up to our newsletter

Thank you!

Skip to content